04-10-2011

Barozzi Veiga : auditorium à Aguilas

Barozzi/Veiga,

© Julien Lanoo,

Espagne,

Urban Architecture, Salle,

Pierre,

Situé dans le contexte portuaire d'Aguilas, l'auditorium et centre de congrès récent de l'agence Barozzi Veiga en assume les caractéristiques, en devenant à première vue une partie du lieu. Il s'agit d'un ouvrage exemplaire vu la capacité des auteurs du projet d'allier le rôle de point de repère à la familiarité avec le paysage dans la solution formelle.



Barozzi Veiga : auditorium à Aguilas Les vingt dernières années ont montré au monde un panorama architectural riche en expériences conceptuelles qui se sont insérées dans les lieux à la manière de météorites tombés du ciel, dont la force foudroyante à souvent suffit à justifier le fait qu'elles soient étrangères et indifférentes au contexte. Le charisme de certains de ces ouvrages étant indéniable, comme ceux de Frank Gehry ou de Zaha Hadid, l'action du temps fera en sorte qu'il devienne naturel pour les habitants de passer à côté et de les considérer comme appartenant à l'esprit et à l'esthétique locale, sans plus les juger insolites et bizarres. On peut alors se demander s'ils continueront à susciter le même intérêt médiatique ou si, lorsque l'effet de surprise se sera estompé, le désordre urbain n'aura pas le dessus.
Les architectes de l'agence Barozzi Veiga ont réfléchi sur ces thèmes, en donnant une réponse personnelle et différente de celle des archistars avec un édifice public sur le littoral du port d'Aguilas, en Espagne, qui dicte les principes de l'insertion devinée dans le paysage, sans négliger la valeur symbolique de l'architecture. L'auditorium Infanta Doña Elena, qui doit sa forme à celle du lot, en suit le développement sur le plan, ce qui fait que la façade tournée vers la baie dérive du dessin de deux surfaces concaves, tandis que celle tournée vers la ville est convexe, en suivant l'allure de la route sur laquelle elle donne, qui sépare le terrain le long de la côte du tissu urbain plus régulier et rythmé. Le front de mer assume ainsi la valeur de coulisses, ce qui est tout à fait approprié vu le type de bâtiment réservé aux spectacles, que l'on admire en arrivant à pied le long de la côte dans une perspective croissante dessinée par le double escalier qui monte jusqu'à l'entrée principale, située du côté ouest. La spectacularisation architecturale ressort alors dans la légèreté du dessin du volume, qui apparaît de loin comme un corps blanc parfaitement inséré dans le contexte d'édifices méditerranéens, mais montre, au fur et à mesure que l'on se rapproche, deux façades concaves inattendues accueillant le passage du vent et du soleil comme deux voiles. Le signe spectaculaire n'est ainsi pas hostile au contexte mais semble en poursuivre le récit, avec la médiation du blanc immaculé, de la pierre naturelle de l'escalier et des ouvertures vitrées ayant une dimension et une position irrégulières. Le blanc domine également à l'intérieur, où le paysage et la lumière peuvent pénétrer à travers les grandes baies vitrées donnant sur la mer et sur la plage, en laissant percevoir la continuité entre la nature et l'artifice.

Mara Corradi


Projet : Estudio Barozzi Veiga S.L.P. (Alberto Fernandez Veiga, Fabrizio Barozzi)
Collaborateurs : Luca Colomban, Paulo Lopes, Tanja Oppowa, Antonio Pinto, Agnieszka Samsel, Antonis Vourexakis
Commettant : Ville d'Aguilas
Lieu : Aguilas (Espagne)
Projet des structures :
Projet de l'éclairage :
Projet du paysage :
Supervision technique :
Surface utile brute :
Surface du lot : 10 200 m²
Concours : 2004
Début du projet : 2004
Fin des travaux : 2011
Photos : (c) Julien Lanoo

www.barozziveiga.com

Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×