01-07-2004

Alberto Campo Baeza Siège central de la Caja General de Ahorros Grenade, Espagne, 2001

Alberto Campo Baeza,

Grenade, Espagne,

Bureaux, Banques,

Ciment,

En 1992, l'établissement de crédit Caja General de Ahorros lance un concours pour la construction d'un nouveau siège, à réaliser dans l'aire méridionale de la zone historique de Grenade, prise de plein fouet par un développement monumental qui, en peu de temps, a récemment amené la ville espagnole à doubler sa superficie.



Alberto Campo Baeza
Siège central de la Caja General de Ahorros
Grenade, Espagne, 2001 C'est à travers la lumière, filtrée par un système de lucarnes vitrées qui, à la fin, ont remplacé la grande ouverture prévue dans la couverture par le projet présenté au concours, que l'espace de la cour naît et se configure dans son rôle dominant dans toute la structure.
La position des lucarnes est orientée vers le sud, donc pas dans la direction du vide de la cour, de façon à ce que les rayons se projettent de façon oblique, pour accentuer l'axe transversal sur lequel repose toute la composition, et laisser délibérément fermé le quatrième sous-module de chacun d'entre eux, dans le but également de créer des zones d'ombre stratégiques.

Celles-ci contribuent à accroître les effets de la lumière provenant de l'extérieur, qui, capturée par les plaques d'albâtre qui revêtent les murs intérieurs du bloc nord, est amplifiée par la consistance translucide du matériau et projetée vers les surfaces vitrées du plus grand bloc, au sud. Le contraste entre des matériaux différents, le verre et l'albâtre précisément, tous deux à même de réfléchir et de transmettre la lumière, bien que de façon différente, est voulu afin de permettre à la lumière de faire partie intégrante de l'architecture. Ce même motif explique le choix de plaques de marbre travertin pour le sol de la cour et pour le revêtement de la salle de conférences, qui en occupe presque un tiers; un matériau particulièrement sensible aux effets de la lumière qui, avec l'albâtre et le verre, contribue à donner une connotation encore plus décisive et forte à l'essence du lieu.

Avec une spatialité simple et immédiatement perceptible par quiconque la traverse, la cour trouve dans la lumière son revêtement le plus important et se livre dans sa fonction de centre majestueux de tout l'organisme architectonique; grâce à ses colonnes monumentales et aux matériaux précieux et luminescents qui la décorent, elle évoque la solennité des grands halls des temples, et de nuit, avec la lumière artificielle provenant des blocs des bureaux, elle rappelle une grande scène de théâtre, où les images et les personnages se meuvent dans l'atmosphère calme et sereine d'un spectacle toujours sur le point de commencer.

Rosy Strati

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×