08-01-2003

Adriaan Geuze de West 8: La baleine d'Amsterdam, 2001

Amsterdam,

metro, Residences,

Borneo-Sporenburg, l'ancienne zone portuaire située le long des rives du fleuve Ij, à proximité du centre d'Amsterdam, est un des exemples les plus suggestifs d'urbanisme moderne.



Adriaan Geuze de West 8: La baleine d'Amsterdam, 2001 En effet, on y a construit un complexe résidentiel et commercial appelé "The Whale", c'est-à-dire "la Baleine", à cause de la forme spéciale de son toit qui rappelle le profil d'un gros cétacé en train de s'enfoncer et en même temps de se soulever pour sortir de l'eau.

Cet édifice aux dimensions imposantes contient 214 appartements distribués sur treize étages et un parking souterrain qui s'étend sur une surface égale à celle d'un terrain de football (100 x 50 mètres).

Il est recouvert de panneaux de zinc naturel avec des fenêtres en treillis de fer battu protégées par des balustrades en bois d'Amsterdam. "The Whale" offre de nombreuses vues du milieu environnant, telles que le tissu urbain dense du centre de la ville ou les eaux du fleuve Ij, grâce au design extraordinaire avec lequel il a été réalisé.

Pour permettre à la lumière naturelle d'atteindre également les étages inférieurs et la cour intérieure de l'immeuble, celui-ci a été rehaussé sur deux côtés afin de créer un pli central qui facilite ainsi l'éclairage.
La forme du toit suit le parcours du soleil, en traçant un profil bizarre en queue de baleine, ce qui fait que l'espace et la lumière peuvent accéder librement au centre de l'édifice. Le concept de pâté de maisons fermé a été complètement revu: le domaine traditionnellement interne assume presque l'aspect d'un jardin public.

L'intérieur de cette construction est constitué d'une série alternée de galeries qui atténuent l'impression de lourdeur et permettent d'accéder aux appartements situés sur le même niveau ainsi qu'à ceux de l'étage supérieur; la forme due aux lignes inclinées rend ces habitations très hétérogènes, avec des appartements exceptionnels situés aux bords inférieurs et supérieurs de l'édifice.

A l'extérieur, les lignes tendues s'unissent à l'aluminium du toit et au zinc de la façade, en donnant à celle-ci une espèce de profondeur et d'élégance métropolitaine; le décalage des fenêtres s'estompe, confond la perception provoquée par la répétition des étages et détermine l'effet d'uniformité formelle indubitable qui va de la base soutenue par des piliers au toit.
Bien que les vides (ouvertures, loges et fenêtres) l'emportent sur les pleins (parties mates de la façade), "la Baleine" se présente comme un solide à la surface généralement homogène et sans différences.

La finition en bois permet d'avoir un milieu chaud et insonorisé, tout comme le jardin au-dehors projeté par Adriaan Geuze de West 8 qui est un véritable parc planté d'arbres.

Le profil caractéristique de l'édifice est visible même de nuit grâce à l'éclairage spécial des plafonds externes aux extrémités surélevées.
Frappés par l'aspect luisant du revêtement mais surtout par l'air à la fois énigmatique, simple et essentiel de ce bloc qui se dresse au milieu d'une série de constructions basses, les habitants du quartier l'ont surnommé "Sphinx".

Floriana De Rosa

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×