06-07-2018

Trois hôtels en Chine : des expériences uniques en récupérant le passé

Archstudio, Archstudio - Han Wen-Qiang, Wang Ying, Li Yun-Tao, AZL Architects, Vector Architects,

Wang Ning, Jin Weiqi, Yao Li, Shengliang Su, Hao Chen,

Zhejiang, Cina, Pechino, Cina,

Hotel,

En Chine, il y a une tendance à la récupération d'architectures traditionnelles, urbaines et rurales, pour leur transformation en structures d'hospitalité, hôtels, complexes touristiques et résidences temporaires. L'histoire architecturale des lieux est au cœur de l'intérêt touristique.



Trois hôtels en Chine : des expériences uniques en récupérant le passé

Ces derniers temps, le panorama architectural chinois est en train de déplacer son regard vers la tradition, longtemps troublée par la recherche du nouveau, du patiné, et de la modernité entendue comme négation d'un passé humble et pauvre. Cette tendance a vu le jour grâce au secteur du tourismequi exprime la volonté de se réapproprier les paysages de l'histoire, avec le territoire et la tradition au cœur de l'expérience.
Au fils des dernières années, le tourisme en Chine propose des localités moins centrales et plus de niche, comme les villages ruraux ou les quartiers métropolitains les plus anciens. La récupération de structures laissées à l'abandon, souvent décadentes : voici ce qui unit trois récents exemples de nouveaux hôtels ou structures pour l'hospitalité sur le territoire chinois publiés sur notre portail.

Naît de la récupération d'une habitation traditionnelle en terre battue, le Daijiashan art hotel a été conçu par Zhang Lei de AZL Architects, selon une philosophie qu'il définit Ruralation. Dans une ancienne Shes Tsuchiya, maison rurale typique de la province de Zhejiang, la maçonnerie en terre battue a été nettoyée de l'enduit en lui redonnant une seconde vie. Tandis que l'édifice principal a conservé les mêmes dimensions par rapport au plan, un second corps au sud, probablement une remise, a été inséré à l'intérieur d'une structure en partie en briques et en partie vitrée avec des châssis en bois. Derrière les vitres, on entrevoit la maçonnerie d'origine. La nouvelle maçonnerie, quant à elle, a été peinte en blanc, un signe avec lequel AZL Architects a mis en lumière les murs ajoutés au bâtiment historique. Une paille spéciale produite dans la zone – qui ayant toujours été utilisée pour fabriquer des balais fait partie de l'imaginaire locale – a été rassemblée en bottes pour former les gardes-corps du bar au-dessus du restaurant.

En revanche, l'hôtel Alila Yangshuo, un complexe articulé qui semble s'inspirer d'un petit village, a été réalisé dans une ancienne sucrerie des années 60 donnant sur le fleuve Li, dans la région du Guangxi. Le complexe de bâtiments d'origine se trouve au centre de la planimétrie développée par Vector Architects avec des édifices principaux plus hauts et des pavillons annexes. C'est autour de ce cœur, visuel et conceptuel, que les nouveaux appartements et suites ont été construits. L'approche conceptuelle s'est basée sur la continuité sans émulation entre ancien et nouveau. L'ancienne structure industrielle à poutres, qui constituait le point d'accostage des chargements de canne à sucre qui voyageaient des plantations le long du fleuve, est le charmant enchevêtrement où l’on a inséré la piscine non couverte, qui constitue le prolongement idéal du cours d'eau. Le rouge des briques des maçonneries historiques, qui, au fil du temps, s'est transformé en marron et en gris, relie les édifices industriels de la sucrerie aux édifices neufs du complexe touristique, construits en béton structurel et en marbre décoratif.

Le projet de Han Wen-Qiang d'Archstudio pour la récupération d'une siheyuan de Dashilar, l'antique maison à cour intérieure de Pékin, s'insère enfin dans une optique de régénération urbaine. Après avoir restauré les structures de maçonnerie qui délimitent la cour et les quatre corps avec un toit en pagode qui donnent sur celle-ci, Archstudio dessine un nouveau pavage en tesselles de pierre qui relie l'entrée à la cour centrale et à chacune des quatre pièces. Mais ce n'est pas tout : ce parcours « noble » prend une tridimensionnalité et, en s'élevant du sol, il ajoute deux pièces dans les coins opposés de la cour. Étant donné que la nouvelle utilisation de la siheyuan est de type mixte - elle abritera des chambres à coucher mais pourra également être louée pour des évènements publics - l'objectif d'Archstudio est de présenter une architecture de parties bien distinctes mais qui communiquent les unes avec les autres. On peut dire que la particularité de ce lieu réside précisément dans sa capacité à projeter le touriste dans une dimension suspendue entre ce qui était et ce qu'est aujourd'hui une siheyuan de Pékin.

(Mara Corradi)

Photographs:
AZL Architects_Daijiashan art hotel © Yao Li
Vector Architects_Alila Yangshuo hotel © Hao Chen, Shengliang Su
Archstudio_Twisting courtyard Dashilar © Wang Ning, Jin Weiqi


GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×