11-04-2018

Steven Holl + jmarchitects signe le Maggie's Centre Barts à Londres

Steven Holl,

Iwan Baan,

Londres,

Sante et bien-etre, Cliniche,

Pour le Maggie’s Center Barts de Londres, Steven Holl utilise à nouveau le double vitrage, un matériau ayant caractérisé plusieurs de ses réalisations ces dernières années. Cet établissement ayant pour but d’aider les personnes atteintes du cancer et leurs proches se trouve dans un quartier londonien d’origine médiévale.



Steven Holl + jmarchitects signe le Maggie's Centre Barts à Londres
Situé dans le quartier de Smithfield, le troisième Maggie's Centre de Londres réalisé selon un projet de Steven Holl vient de voir le jour au bout de 6 ans de travaux. En termes de similitudes, les centres Maggie’s pourraient être définis comme des conteneurs d’énergie et d’optimisme pour le public auquel ils sont dédiés, des personnes souffrant du cancer et leurs familles. Épaulant les hôpitaux, ces structures fournissant un soutien opérationnel et psychologique sont désormais plus de 20 au Royaume-Uni et certaines ont également été créées en Extrême-Orient.
Le cabinet de Steven Holl a été contacté afin de concevoir un ouvrage architectural en mesure de gratifier et d’offrir de meilleures conditions d’accueil possibles aux patients du service de cancérologie du St Bartholomew's Hospital, un établissement très connu à Londres et familièrement appelé le Barts. À l’instar des autres Maggie’s Centres, l’établissement de Barts devait lui aussi être réalisé au sein du complexe hospitalier afin de garantir une continuité entre les soins médicaux et le soutien. Le bâtiment de Steven Holl a ainsi trouvé sa place dans une zone comprise entre l’hôpital, fondé par le moine Rahère en vue « du rétablissement des pauvres » et siégeant aujourd’hui dans l'imposant édifice du XVIIIe siècle reconstruit par James Gibbs, et la plus ancienne église de Londres, datant de 1123 et elle aussi dédiée à Saint-Barthélemy.
Face à cette histoire de plusieurs siècles, Steven Holl s’est lancé à la quête de l’esprit du lieu et une fois saisi, l’a interprété avec les instruments et les langages de son époque. Il raconte que l'acoustique particulière de l'église l’a inspiré et incité à adopter la musique comme clé de lecture du nouveau Maggie's Center : la musique, comme l’architecture, envahit l’espace dans lequel nous vivons et nous ne pouvons pas l’ignorer car elle s’empare de l’environnement ou envahit notre horizon perceptif. D'où l’idée de tracer un neume en verre blanc opaque dans la façade du nouveau bâtiment. Utilisé dans le chant grégorien, le neume est un signe de notation musicale médiéval antérieur à l’introduction du pentagramme. Son étymologie issue du grec pneuma, souffle vital, rappelle également un concept fondateur des centres Maggie’s, à savoir la mission d’aider les malades et d’améliorer leurs conditions de vie.
Steven Holl a conçu une structure translucide en forme de parallélépipède aux angles arrondis. Grâce au balayage horizontal des barres métalliques supportant le double vitrage, elle se distingue par sa légèreté et son dynamisme. Au niveau de l’escalier interne menant à la terrasse sur le toit, la façade continue monte à son tour pour concrétiser ce mouvement à l’extérieur et donner naissance à un tourbillon de lignes énergétiques.
Des fragments de verre coloré ont été insérés dans le double vitrage, dont l’évolution ressemble à celle d’une mélodie sur une partition. En raison de la particularité de la pose en couches, ces fragments auraient idéalement dû produire un effet flou et fané depuis l’extérieur. La réalisation n'atteint pas toutefois l’intensité que Steven Holl parvient à transmettre dans ses aquarelles.
Bien qu’étant accolé au bâtiment de l’hôpital, dont il constitue une entrée supplémentaire, le Maggie's Centre parvient à s’en distancer complètement et à se forger sa propre identité jusqu’à paraître presque autonome. La démolition, sur le terrain, d’une construction des années 60 auparavant adossée au bâtiment de l'hôpital, a mis à jour des pierres d’angle. Par déférence, Steven Holl a voulu les mettre en valeur en décidant d’émousser les angles du nouveau volume, qui « se rétracte » pour mieux montrer ces détails redécouverts.
Le complexe monumental du XVIIIe siècle se pose ainsi en contraste avec une structure qui, du fait de sa plasticité, semble presque un objet à l’échelle architecturale. La façade ornée de moulures et de corniches de pierre se poursuit ainsi par un volume incurvé, lisse et entièrement vitré. Même si l'échelle dimensionnelle reste la même, le changement de registre est surprenant.
L’analyse de l’intérieur, composé tel un emboîtement de poupées russes, est lui aussi étonnant. La peau de verre est en réalité soutenue par un cadre en béton armé aux poutres inclinées dont le noyau est constitué par un volume en bois de bambou. L’escalier à deux rampes menant du hall jusqu’à la terrasse du toit jardin est lui aussi réalisé en bois. C’est autour de lui que s’ouvrent les salles de service du centre, les bureaux, la bibliothèque ainsi que les espaces prévus pour la détente et les activités de groupe. La modernité de l’extérieur donne naissance à un environnement doux à même d’offrir un peu de sérénité, à un monde ordonné et protecteur qui culmine au niveau du jardin donnant sur la ville.
Le soir, quand l’éclairage interne l’emporte sur la luminosité extérieure, l’objet architectural se transforme en lanterne urbaine, en présence architecturale légère exprimant la volonté d’une nouvelle approche des soins.

Mara Corradi

Architects: Steven Holl Architects, jmarchitects (associate architects)
Steven Holl (design architect, principal)
Chris McVoy (senior partner in charge)
Dominik Sigg (project architect, associate)
Bell Ying Yi Cai, Gemma Gene, Martin Kropac, Christina Yessios (project team)
Client: Client: Maggie Keswick Jencks Cancer Caring Centres Trust
Landscape architect: Darren Hawkes Landscapes
Engineer: Arup (civil, climate, and mechanical)
Historic building advisor: Donald Insall Associates
Lighting consultant L'Observatoire International
Cdm coordinator: Floor Projects LLP
Code consultant: Butler & Young
Planning advisor: DP9
Cost estimator: Gardiner & Theobald
Construction manager: Sir Robert McAlpine
Archeology: MOLA
Glass consultant: Arup
Location: London, United Kingdom
Start of work: 2011
Completion of work: 2017
Project type: direct commission
Structural system: concrete frame
Facades in: Okalux glass
Indoor surfaces: bamboo
Floors: bamboo
Site area: 725 sqm
landscape area: 525 sqm
Building area: 607 sqm
Photos by: © Iwan Baan

www.stevenholl.com

GALLERY



Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×