27-03-2007

National Art Center. Tokyo. Kisho Kurokawa. 2007

Kengo Kuma,

Ristoranti, Musees, Salle, Art Museum, SPA, Art Center, Terme, Bibliothèques, Tower,

Vetro, Legno,

Dans le quartier frénétique de Roppongi, célèbre pour sa vie nocturne animée, pour le Roppongi Hills et pour la Tokyo Tower, la construction du National Art Center (NACT) ajoute un nouvel élément aux attractions déjà présentes dans cette zone de la métropole japonaise.



National Art Center. Tokyo. Kisho Kurokawa. 2007 Kisho Kurokawa, un des représentants les plus illustres de l'architecture japonaise contemporaine, a en effet projeté le cinquième musée d'art japonais qui est en réalité le plus grand musée du pays.
Ses 48 mille mètres carrés abritent en effet sept salles d'exposition énormes, ayant chacune une surface de 2 mille mètres carrés et rigoureusement sans piliers ni structures de soutien intermédiaires. D'autres espaces contiennent un auditorium, une cafétéria, un restaurant, une bibliothèque et une librairie.
Le complexe a été conçu non pas pour être un lieu fermé, destiné à la conservation des ouvres d'art, mais surtout un espace d'exposition toujours ouvert au public, même avec des expositions temporaires. L'autre particularité de ce projet, mis à part ses dimensions et la grandeur des salles, est la grande façade : une suite de vagues transparentes, réalisées avec 6 300 panneaux de verre. Cette solution rend la vue de l'édifice très agréable et permet aux locaux, surtout au hall, d'être incroyablement inondés de lumière. Le dynamisme de la structure, uni à la délicatesse de son dessin, en fait une des architectures les plus représentatives de l'ouvre de Kurokawa.
L'édifice doit également sa légèreté au choix de matériaux tels que l'acier et le bois.
La perméabilité entre l'extérieur et l'intérieur, entre la nature et l'histoire et entre la vie frénétique de la ville et le silence du musée est donc inévitable. Il s'agit d'un échange continu où se reflète la philosophie conceptuelle de Kisho Kurokawa, qui fait de la symbiose une des caractéristiques de son architecture. Nous pouvons parler en effet « d'échange », « d'interrelation » entre le passé et le présent, entre l'innovation et la tradition, au sein d'une réflexion qui est à la fois philosophique et conceptuelle.
Le musée a coûté environ 223 millions d'euros et a été réalisé entre 2000 et 2006. Selon les déclarations du directeur Hideki Hayashi, les premières études du projet datent toutefois des années 70.
Le complexe a été construit non loin de la gare de chemin de fer de Nogizaka, dans une zone du quartier qui deviendra un point de référence pour l'art car c'est là que se trouve également le Mori Art Museum (Richard Gluckman) et que se dressera bientôt l'Inau Suntory Museum of Art (Kengo Kuma). On pourra alors parler d'Art Triangle Roppongi.

Laura Della Badia

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy