13-06-2018

Luigi Rosselli : la Maison des Livres sur les rochers de Sydney

Luigi Rosselli Architects,

Justin Alexander, Prue Ruscoe, Edward Birch,

Maison, Housing,

L’architecte australien Luigi Rosselli fait vivre son répertoire stylistique dans la Maison des Livres de Sydney. Creusée dans la falaise donnant sur le port de la capitale de la Nouvelle-Galles du Sud, l’ouvrage tourne - au sens propre comme au sens figuré - autour de l’idée de livre et de bibliothèque.



Luigi Rosselli : la Maison des Livres sur les rochers de Sydney
La recherche d’une forme en mesure de s’ancrer au relief escarpé de la falaise, à la roche dont se compose le sédiment, est au cœur du projet réalisé par Luigi Rosselli pour la Maison des Livres sur la côte située au nord de Sydney. L’archétype des cottages victoriens caractérisant l’architecture résidentielle du littoral s’y confronte avec le nouveau style de vie des Australiens, qui choisissent de vivre dans la région pour profiter d’un environnement naturel exceptionnel où une luxuriante végétation borde l’océan.
Luigi Rosselli connaît l’histoire du lieu et, à travers son ouvrage, l’invite dans le présent en se référant constamment aux structures en bois traditionnelles et aux vérandas vitrées dans un mariage d’espace construit et naturel.
Auteur de nombreux projets de villas en banlieue, Rosselli a ici donné naissance à une suggestion directe du maître d’ouvrage, la famille d’un calligraphe, qui souhaitait que la maison, reposant sur un terrain en pente, prenne la forme d’une pile de livres posés par terre. L’idée du livre, de la bibliothèque, du rayonnage - centrale dans la vie du propriétaire - a aidé l’architecte à visualiser la structure de l’ouvrage comme une superposition de niveaux correspondant aux différentes cotes du terrain.

La Maison des Livres naît ainsi au niveau de la rue, où le sol a été creusé pour réaliser le garage et un couloir souterrain menant à la cage d’ascenseur. On monte ensuite à l’entresol où l’on trouve un bureau, une pièce pour le home cinéma et la buanderie. Le rez-de-chaussée accueille quant à lui l’espace nuit et les quatre chambres. Le premier étage enfin comprend le salon qui donne sur l’océan ainsi que sur la piscine, transposition artificielle de ce dernier.
Tout comme une pile de livres aléatoirement posés sur une table, chaque niveau hors sol est décalé et positionné différemment par rapport au paysage, ce qui crée un dynamisme apparent dotant l’intérieur d’un éventail de points de vue.
Typique de la côte située au nord du port de Sydney, la roche en grès a été creusée pour faire place à l’habitation puis soigneusement travaillée afin de former la maçonnerie du sous-sol et donner lieu à un effet décoratif ainsi qu’au pavage de la terrasse sur le toit du garage. Les quatre dalles en béton armé formant les deux étages hors sol ont été coulées en place. Leur forte épaisseur constitue une spécificité du langage de Rosselli qui tend à mettre en évidence le système structurel dans la conception d’ensemble. Ce choix n’est pas brutaliste, au contraire. Le béton coulé en place se distingue en effet par des arêtes arrondies et conserve les veines du bois des coffrages, annulant ainsi son artificialité au profit d’une imitation à la fois de la nature, des luxuriantes plantes du jardin cultivées tout autour du bâtiment et des parquets intérieurs.
Positionnés en décalage mutuel, les étages ont symboliquement pour pivot de rotation l’escalier ovale construit autour de la cage de l’ascenseur sur le côté est. Le plan ovale, les murs en crépi blanc, le revêtement des marches, la main courante en bois de chêne et l’espace escalier ainsi conçu se retrouvent dans d’autres bâtiments résidentiels de Rosselli.
Une grande pièce à vivre occupe presque complètement le premier étage. Elle donne à la fois sur le front de rue au nord et sur la partie la plus intime de la piscine, qui a pour cadre naturel une paroi en grès. L’intérieur crépi en blanc est embelli par des meubles de style raffiné, comme le lustre de Catellani & Smith, la cheminée en béton, l’escalier ouvert d’une extrême légèreté menant à la lucarne sur le toit qui, grâce à la lumière, s’illumine tel un bijou.
Cette lucarne compte parmi les nombreux détails surprenants utilisés par Luigi Rosselli pour enrichir la maison, notamment la porte cachée, dissimulée derrière une bibliothèque mobile et menant au bureau du calligraphe ou la grotte du jardin, une niche creusée dans la paroi rocheuse qui rappelle non seulement les temples abritant des statues de Bouddha mais aussi la nature artificielle recréée dans les villas de la Renaissance comme divertissement et hommage au classique. Sans oublier bien sûr le chemin en forme de « dragon » qui serpente doucement dans le jardin depuis le portail jusqu’à la porte principale, en plein contraste avec la géométrie rectiligne de la route.

Mara Corradi

Design Architect: Luigi Rosselli
Project Architect: Kristina Sahlestrom, David Mitchell, Carl Rutherfoord
Location: Mosman, Sydney NSW
Interior Designer: Romaine Alwill of Alwill Interiors Pty Ltd http://alwill.com.au/
Builder: Evolve Building Group Pty Ltd
Structural Consultant: Rooney & Bye Pty Ltd
Joiner: Contemporary Furniture Design
Zinc Roofing: Sterland Roofing Pty Ltd
Stonemasonry: French Stonemasonry
Brass work: Warringah Aluminium
Swimming Pool: Wright Pools
Canvas Awnings: Creative Covers and Awnings
Fireplace: Real Flame
Aluminium Windows: Evolution Window Systems
Landscaper: William Dangar
Photo Credits:
© Edward Birch
© Justin Alexander
© Prue Roscoe

https://luigirosselli.com

GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy

×