02-05-2012

Koji kakiuchi : un refuge en bois à Nara

Paesaggio, Rifugio, Cinema, SPA,

Legno,

L'architecte japonais Koji Kakiuchi utilise des matériaux locaux et s'inspire des principes shintoïstes pour construire un refuge dans un bois de la ville de Nara, qui se dissimule dans le paysage en en devenant une partie intégrante. Le but est la contemplation de la végétation et la recherche d'un rapport plus durable entre l'architecture contemporaine et la nature.



Koji kakiuchi : un refuge en bois à Nara
En suivant la tradition de l'architecture en bois, typique du Japon, le jeune designer Koji Kakiuchi réduit le concept du refuge à sa forme essentielle, inspirée des torii de la religion shintoïste. L'utilisation du bois local représente non seulement la volonté de ne faire qu'un avec le paysage boisé, mais aussi de réaliser un projet basé sur la durabilité. Les thèmes comme le souci des rythmes de régénération de la nature (permettant d'apprendre à gérer les rythmes de régénération de la ville) et la réduction de nos besoins à l'essentiel sont au centre des débats de l'architecture bioclimatique.
Un jeune architecte japonais intériorise ces concepts et interprète le désir du commettant d'avoir un lieu où contempler la nature de l'intérieur, en réalisant une construction qui en fait partie. L'ingénieur structuraliste Satoru Shimoyama a chargé Koji Kakiuchi de réaliser un petit espace personnel de méditation sur un lot situé sur une colline boisée à Nara.

Nara, une ville au rapport spécial et symbiotique avec la nature, en grande partie caractérisée par des bois, où il n'est pas rare de voir des cerfs se promener dans les rues, pousse les architectes à réduire le plus possible l'impact sur l'environnement. Il faut ajouter à cela le fait de s'inspirer du torii japonais, la porte d'entrée traditionnelle de la zone considérée comme sacrée dans le culte shintoïste. Cet espèce de grand portail est en général constitué de deux piliers en bois qui soutiennent une barre horizontale, le tout peint en rouge orangé.
L'on peut trouver plusieurs torii juxtaposés dans de nombreux temples, le plus célèbre est le Fushimi Inari Taisha à Kyoto, précédé de milliers de torii. C'est sur cette image, qui fait désormais partie de l'imagination collective même en Occident grâce au cinéma, que se base la structure du refuge de Nara, dont le processus de composition commence par la série de supports en forme de cadre avec deux piliers et des poutres de jonction. En se prolongeant vers le haut, les piliers forment l'ossature pour les parois latérales, réalisées sur trois côtés avec des planches de bois brûlé, antiseptique et qui repousse les insectes ; la façade, constituée d'une baie vitrée sur toute la hauteur, permet de voir parfaitement le bois tout autour.


Afin de minimiser encore plus la présence de la construction dans la nature, le nombre de piliers est réduit à quatre, avec une poutre de jonction entre les deux façades, pouvant être utilisée comme lieu d'observation à une hauteur inférieure.
L'intérieur ne contient qu'une pièce nue, recouverte de bois multicouche et rythmée par les piliers qui reprennent le thème des torii, avec une petite véranda pour admirer le panorama même en étant au-dehors. Une échelle sous le plancher permet d'accéder au refuge selon la tradition classique des maisons sur les arbres.

Mara Corradi

Projet : Koji kakiuchi
Commettant : Satoru Shimoyama
Lieu : Nara (Japon)
Projet des structures : Satoru Simoyama
Surface utile brute : 8,31 m²
Surface du lot : 445 m²
Début du projet : 2008
Fin des travaux : 2009
Structure en cèdre du Japon
Murs intérieurs recouverts de bois multicouche
Photos : (c) Koji kakiuchi

www2.odn.ne.jp/yaomitsu


GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy