12-02-2016

Bilbao : architecture, projets durables et archistars

Arata Isozaki, Santiago Calatrava, Philippe Starck, Norman Foster, Frank Gehry,

sport, metro, Tower, Bar,

Prix,

En vingt ans, l’administration de Bilbao a réussi à concrétiser un projet précis d’urbanisation tout en concertant les interventions architecturales de grande envergure qui ont fait de cette ville basque l’une des premières destinations touristiques d’Espagne.



Bilbao : architecture, projets durables et archistars

Chronique d’un succès annoncé : la qualité des espaces en plein air, l’efficacité des transports en commun avec notamment un tram écologique circulant sur une voie recouverte de pelouse et une double ligne de métro reliant toute la ville à la mer mais aussi la reconversion d’espaces ayant perdu leur vocation primaire et la relation restaurée avec l’eau du fleuve... Autant d’éléments qui constituent l’ADN de la nouvelle Bilbao. En vingt ans, l’administration de la ville basque a réussi à concrétiser un projet précis d’urbanisation tout en concertant les interventions architecturales de grande envergure qui ont fait de Bilbao l’une des premières destinations touristiques d’Espagne.
Nous visitons Bilbao en prenant les transports en commun et surtout le métro dont les stations ont été conçues par l’architecte Norman Foster. Grands tubes de verre et d’acier émergeant du sous-sol, les structures des accès sont particulièrement remarquables. Les Basques les ont baptisés “fosteritos” en son honneur. L’entrée de la station Sarriko, lauréate en 1998 du Brunel Award for Railway Design, se distingue entre toutes. Sa grande voûte de verre assurant un éclairage naturel à toute la station ainsi que son long escalator permettant de descendre de la rue vers l’intérieur en font un endroit unique.


Musée Guggenheim_ Frank Gehry
Le succès du musée Guggenheim de Bilbao est désormais incontestable : la sculpture de l’architecte Frank Gehry, qui a déjà soufflé ses 19 bougies, a conquis avec ses 33 000 écailles de titane les visiteurs du monde entier. Il figure aujourd’hui parmi les ouvrages les plus significatifs et les plus connus du public. Il suffit de penser qu’en une année seulement les coûts de l’ouvrage terminé en 1997 étaient déjà remboursés. Le musée Guggenheim est un bijou architectural considéré comme l’un des bâtiments les plus spectaculaires du courant déconstructiviste. À l’extérieur, il se distingue par une succession de courbes argentées revêtues de titane, de verre et de pierre qui dessine parfois un bateau, parfois une fleur.
Aujourd’hui cependant la force de la ville basque ne se résume plus seulement à ce point de repère architectural : elle réside dans l’habilité stratégique de politiciens et de planificateurs urbains ayant réussi à convertir un centre urbain étouffé par les aciéries et par les containers du port fluvial et industriel en une ville, tournée vers le tourisme et la culture, à taille humaine.

Alhondiga_ Philippe Starck
L’Alhondiga est un ancien dépôt d’huiles, de liqueurs et de vins. Bâtiment moderniste en briques rouges apparentes et en fer et béton armé, il a été construit en 1909 par l’architecte Ricardo Bastida. Après des années d’abandon, le designer Philippe Starck l’a reconverti en centre culturel et en espace public. Unique et original, il abrite un gymnase, une piscine au sol transparent, une médiathèque, un cinéma multisalles, une zone pour les expositions et les événements, un théâtre et un auditorium pour 400 spectateurs. Avec ses 43 colonnes créées par Philippe Starck pour représenter les symboles culturels mondiaux de toutes les époques, l’Alhondiga a pour vocation d’être un véritable lieu de rencontre. Pour la réalisation de ces colonnes, chacune différente en termes de style, de forme et de matière, Philippe Starck a fait appel au scénographe italien Lorenzo Baraldi qui s’est chargé de les dessiner et de trouver les maîtres artisans encore capables de les fabriquer en bronze, en acier, en marbre, en terracotta invetriata, en brique, en bois, en béton et en pierre de Lecce.
Adoptant une approche de l’architecture complètement aux antipodes du bâtiment star qu’est le musée Guggenheim, l’Alhondiga renonce à l’émerveillement pour toucher les cordes émotionnelles des usagers de manière plus discrète. Philippe Starck oppose aux formes envoûtantes et exubérantes du musée Guggenheim un ouvrage sobre et mesuré qui préfère à la froide exactitude du titane des surfaces à l'aspect essentiel, brutalement industriel, grâce auxquelles il donne naissance à un espace entièrement tourné vers le service, un réceptacle du quotidien évoluant au fil du temps, un lieu - pour reprendre les mots mêmes de Starck - « conçu pour la vie ».

L’architecte espagnol Santiago Calatrava a non seulement réalisé le nouveau terminal de l’aéroportde Bilbao mais aussi la célèbre « passerelle » du Puente Zubizuri, également connue sous le nom de Puente Peatonal del Campo de Volantín. Elle relie le Campo de Volantín, qui longe la rive droite du Nervión, et le Paseo de Uribitarte. Sa forme caractéristique en harpe, son sol en verre et sa couleur blanche en font à la fois un excellent exemple d’architecture contemporaine et l’un des lieux les plus spectaculaires de la ville.


Tours Isozaki_ Arata Isozaki
Le complexe d’Isozaki Atea (« Porte Isozaki ») se trouve dans le parc de l’ancien entrepôt des douanes de Bilbao, un établissement fondé en 1918 comme lieu de transit des marchandises internationales. L’architecte japonais Arata Isozaki a voulu concevoir une porte de ville du 21e siècle reliant le quartier Ensanche et le fleuve. L’Isozaki Atea se compose de deux tours jumelles de 23 étages mesurant 83 mètres de haut ainsi que de cinq bâtiments de 6 à 8 étages. Le grand escalier recréant l’escalier romain de Bilbao est également remarquable.

Casa Montero
Située dans la rue Alameda Recalde, Casa Montero a été conçue par l’architecte Luis Aladren au début du XXe siècle. Elle est populairement appelée La Casa Gaudí, en raison de son aspect rappelant les constructions de l’architecte catalan Antonio Gaudì. C’est le seul exemple d’ouvrage résidentiel de style Art Nouveau de Bilbao. Les décorations en béton des balcons et vérandas sont particulièrement remarquables. Le bâtiment a été classé bâtiment artistique historique.

L’Artklass building
Fruit d’une étroite collaboration entre le cabinet d’architecture Robert Krier et Marc Breitman, le bâtiment résidentiel Artklass se trouve dans le quartier accueillant les nouveaux espaces citadins en bord de fleuve et l’actuel tissu urbain, un lieu apprécié par tous les habitants de Bilbao, qui aiment notamment se promener dans le parc Doña Casilda. Les coupoles vertes et dorées de l’ouvrage sont particulièrement attractives : elles définissent la partie supérieure de ce bâtiment de 45 000 m² comptant 180 appartements sur 8 étages au sein d’un bloc frontal se développant dans six directions. L’architecte sculpteur Robert Krier a réalisé 36 sculptures : 31 d’entre elles ornent la façade gothique. L’objectif de Krier était de faire revivre le style traditionnel des maisons Ensanche sans renoncer à la modernité.

La tour Iberdrola
La tour Iberdrola est un gratte-ciel conçu par l’architecte César Pelli. Elle est devenue le nouveau point de référence commercial et financier de Bilbao. Travail intégrant architecture, art, design, technologie et développement durable, la tour accueille le siège de la compagnie énergétique Iberdrola. C’est le plus haut bâtiment de Bilbao. César Pelli se distingue par l’élégance et la sobriété de ses lignes ainsi que par sa façon de combiner dans ses ouvrages le verre, le travertin et le métal. La tour Iberdrola est la première tour européenne à avoir obtenu l’autorisation LEED Platinum, la plus haute certification de l’US Green Building Council en matière de conception durable.

Cintya Concari


GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy