31-01-2018

Alphaville signe Skyhole, une maison/atelier d’artistes

Alphaville,

Yohei Sasakura, Alphaville,

Shiga, Honhsu, Giappone,

Maison,

Dans la préfecture de Shiga (Japon), le cabinet de Kyoto Alphaville a conçu Skyhole, une maison/atelier pour un couple de créateurs et leur enfant. Avec ce projet, Alphaville a mis l’accent sur la conciliation du travail et de l’habitat dans un seul intérieur.



Alphaville signe Skyhole, une maison/atelier d’artistes
Skyhole : tel est le nom choisi par le cabinet Alphaville de Kyoto pour définir le résultat de sa recherche sur la maison/atelier urbaine construite dans la préfecture japonaise de Shiga.
Quelques années auparavant, les architectes d’Alphaville s’étaient fait connaître avec la maison d'hôtes de Koyasan, une petite structure s’inspirant formellement des fermes de la région mais dont l’intérieur était conçu de manière à exploiter au maximum l’espace disponible entre chambres et salle commune. >La conciliation appréhendée comme combinaison raisonnée entre espace public, semi-public et particulier - des surfaces souvent très réduites - est une problématique à laquelle les concepteurs prêtent un très grand intérêt au Japon.
. Le plan de Skyhole illustre que là encore il a fallu littéralement enchâsser l’ouvrage à bâtir sur un terrain entouré de parking sur les deux côtés et par la voirie publique sur les deux autres. C’est la raison pour laquelle la forme du plan de l’ouvrage, en parallélogramme, est si frappante. Elle s'explique par la nécessité d’allonger l’espace habitable par rapport au plan rectangulaire nord et sud classique, où les seules ouvertures sont conçues sur l’extérieur. À l’exception d’une fissure de lumière ouverte sur le faîte de la toiture, la maison ne dispose en effet d’aucune autre fenêtre ou accès sur l’extérieur.
La lumière est un élément très important de cette habitation expérimentale qui vise à concilier un usage professionnel et privé de l’espace. L’entrée du travail dans la maison est une exception pour la culture des Japonais qui vivent leur habitat plutôt comme un noyau protecteur, un lieu d’introspection, dense et auto-orienté, qu’ils ouvrent difficilement à des éléments extérieurs. Dans ce projet, la demande des clients, un couple de créateurs travaillant dans le monde de l’art et du design et ayant un enfant, était de pouvoir rester ensemble sans distinction entre le temps en famille et le temps de l’expérimentation artistique, conceptuelle et pratique.La maison devait être appréhendée comme un lieu où passer la journée avec leur seul enfant tout en exposant des œuvres d’art à l’instar d’une galerie, où le public peut entrer régulièrement ou lors d’organisation événements. Alphaville n’a pas souhaité créer de limites mobiles permettant de modifier les dimensions et les proportions de l'espace en fonction des situations. Le cabinet a préféré définir des murs fixes aux perspectives flexibles, à savoir adaptés aux deux usages, des environnements multidimensionnels aux fonctions floues car sujettes à de constants changements. La distorsion du volume représente clairement la « vibrante » métaphore avec laquelle ils expriment ce concept. Le schéma de conception aidant à la compréhension du projet d’Alphaville est particulièrement intéressant : à partir d’un simple toit incliné, ils ont plié les deux pans tel un origami pour obtenir des murs longs et des baies vitrées.
. Parallèlement aux remarques précédentes sur la tendance des Japonais à l’introspection dans l’usage de leur habitat, il faut aussi dire quelques mots du climat, très rude dans la préfecture de Shiga, avec des vents forts et d’abondantes chutes de neige. Un aspect qui justifie le choix de limiter les ouvertures uniquement aux façades nord et sud.
L’espace commun intérieur est divisé en deux par un volume diagonal abritant les pièces essentielles et incontournables d’une maison, même conçue selon des critères de flexibilité totale comme dans ce projet : la chambre des adultes, la chambre de l’enfant et les salles de bains avec toilettes et baignoire, comme cela se fait au Japon. Toutefois, même ce volume de séparation a été pensé pour s’ouvrir sur le travail. Il accueille en effet des pièces de stockage des œuvres ainsi qu’un espace commercial qui peuvent être utilisés lors des événements.
L’espace servant d’atelier, qui se trouve à l’endroit où le toit est le plus haut, reçoit beaucoup de lumière indirecte provenant du nord. Le salon, qui se trouve de l’autre côté, est éclairé par la lumière provenant du sud. Des ouvertures réduites dans les façades opposées permettent d’obtenir un éclairage toujours bidirectionnel. Les deux chambres sont reliées par un couloir créé dans le volume central et également utilisé durant les fêtes. Les murs diagonaux ainsi conçus, de pair avec le toit incliné de manière insolite, génèrent des perspectives particulières et jamais banales, autant pour l’art que pour la vie.

Mara Corradi

Architects: Alphaville
Location: Shiga, Japan
Site area: 367.99 sqm
Building area: 83.54 sqm
Total floor area: 77.35 sqm
Structure system: wood frame
Structural engineer: Takashi Manda (Takashi Manda Structural Design)
Completion: 2014
Photos by: © Yohei Sasakura, Alphaville

http://a-ville.net/


GALLERY


Il nostro sito web utilizza i cookie per assicurarti la migliore esperienza di navigazione.
Se desideri maggiori informazioni sui cookie e su come controllarne l’abilitazione con le impostazioni del browser accedi alla nostra
Cookie Policy